• Un mois avec un sac à dos minimaliste

    Mon backpack de Noël illustré! 

    En mi-décembre je partais à l’aventure pour un peu plus d’un mois. Je commençais par un voyage à Florence (Italie) avec mon amoureux pour refaire le parcours de Robert Langdon dans Inferno, un livre que j’apprécie particulièrement. J’en reparlerai plus tard une fois les photos et vidéos triées. De retour en France je devais passer par Angers, Alésia, Dijon, Besançon, Marseille puis Montpellier en un mois pour les fêtes. Tout ne s’est finalement pas déroulé comme prévu mais les déplacements ont tout de même été nombreux !

    Pour suivre le rythme mon bagage devait être réduit - je prends toujours mon backpack avec moi en cabine - tout en me permettant de tenir plus d’un mois de fêtes sans passer pour une souillon. Ma seule solution était de partir avec un sac minimaliste comportant des essentiels compatibles pour des soirées. Comme toujours, la difficulté du challenge m’enjouait particulièrement !

    Malgré les « capsules » et « backpack » minimalistes qu’on peut voir notamment sur Pinterest, qui recommandent des vêtements très basiques aux teintes neutres, j’ai suivi le conseil de Marie Kondo de ne porter que des vêtements qui me rendent heureuse. Je venais d’acheter la plupart d’occasion pour reconfectionner ma garde-robe, toujours selon son conseil.

     

    Au total, j’ai sélectionné une vingtaine de vêtements y compris ceux que je portais à mon départ pour l’aéroport à savoir :

    ·       2 chemises longues : une bleue clair en coton bio et une rouge à rayure

    ·       2 débardeurs : un beige et un blanc pour tenir un peu plus chaud

    ·       2 T-shirts : un noir avec Krokmou et un gris en guise de pyjama

    ·       2 Pulls en tricot : un rouge aux motifs d’hiver et un écru que j’adore

    ·       2 Pull léger : une marinière et un noir pour les nuits froides

    ·       2 Pantalons : un kaki clair et un jean bleu foncé

    ·       1 legging : noir et épais en guise de pyjama ou pour le sport

    ·       1 petite robe noire : manches ¾, juste parfaite pour tout !

    ·       4 paires de chaussettes : Des jambières noirs, 1 longue bleu à pois, 1 courte claire et 1 de mini-socquettes noires

    ·       3 ensembles de sous-vêtement : 1 noir, 1 beige, 1 blanc

    ·       1 culotte de secours

    ·       Une écharpe

    ·       Une ceinture noire fine

    ·       Un manteau d’hiver beige

    ·       Une paire de botte Timberland claire

    Bien sûr en tissu j’avais aussi : 2 totebags, 2 petits sacs pour les vêtements salles ou la nourriture et 2 mouchoirs. Et pour ceux qui se poseraient la question je mets tout ça dans un vieux sac de randonnée Décathlon de 40L, "ma maison" comme disent certains. 

    J’en avais suffisamment pour faire une tournante en me permettant de laver à la main ou en machine les vêtements sales. C’était l’occasion de mettre à l’épreuve chacun vêtement ainsi que mes goûts et mon organisation. Et ça n’a pas manqué, j’ai rencontré des difficultés dès le départ 

    • Le fameux jean ingrat

    Celui dénué de bouton de fermeture depuis que l’énième bouton de rechange a sauté. Malgré mes tentatives d’auto persuasion il était bien trop serré. En seulement quelques jours je l’ai abandonné au fond de mon sac avant de m’en débarrasser. N’ayant plus qu’un seul pantalon, ce dernier à fini par me sortir par les yeux après plusieurs semaines à ne porter que lui. Heureusement j’ai pu récupérer un pantalon marin de ma sœur qui remplace très bien ce vilain jean.

    La morale : Quand ton jean te fait comprendre qu’il ne te va plus, crois-le et laisse-le vivre sa vie ailleurs ! 

    • Le manteau qui démissionne

    Acheté sur Vinted, il me paraissait résistant d’après le tissu de bonne qualité… Mais j’aimerai bien dire 2 mots au singouin qui l’a cousu ! D’emblée la doublure des manches s’est arrachée, j’ai dû la recoudre de nuit à l’aéroport. Ensuite les boutons se sont enfuis les uns après les autres ! Actuellement, sur 10 environ, il en reste 3 accrochés dont 1 que j’ai recousu. Et maintenant c’est la doublure de devant qui se découd toute seule. Je pensais avoir bien investi, la prochaine fois ça sera de la bonne marque ou du cousu main. 

    • Les chemises en voyage

    Heureusement j’avais un fer à disposition la plupart du temps et j’ai retrouvé mon petit fer de voyage pour les prochaines fois. Le mieux étant de les étendre bien droit au séchage. En dehors de ce petit hic, il n’y a rien de mieux pour faire tout de suite plus habillée ! 

    • Un pull et un T-shirt en trop

    J’aurai pu me passer du pull noir pour me couvrir la nuit en utilisant 1 des 3 autres. De même pour le tee-shirt Krokmou que j’ai finalement peu porté car, même si je l’aime, il se marie mal avec le reste de ma garde-robe.  

    • La tragédie des chaussettes solitaires

    On a une légende de Grimlins voleurs de chaussettes à l’unité chez mes parents, pas vous ? Si bien que j’ai encore perdu une des chaussettes hautes noire et mes mini-socquettes dans mes déplacements. Heureusement, j’ai reçu deux paires très colorées à Noël qui les remplace. Finalement 3 paires ou 2 suffisent, d’autant que je portais uniquement des bottes donc aucun risque qu’elles dénotent avec la tenue ! D'ailleurs vous remarquerez que l'illustration est dépourvue des pièces jugées en trop. :)  

    • Pauvre Bambi

    Je pensais que mes Timberland achetées d’occasion était en cuir de vache alors qu’il s’agit de daim, une matière très fragile que j’ai maltraité dans mon ignorance. A l’avenir je ferai plus attention aux matières pour plus de résistance. 

     

    Bilan : Que retenir de cette expérience ?

    Malgré ma volonté minimaliste j’ai apporté trop d’affaires comparé à mes réels besoins. Cependant, avoir un nombre trop réduit peut devenir vraiment lassant comme cela l’a été pour moi en n’ayant plus qu’un seul pantalon.

    Choisir ses vêtements préférés ne suffit pas non plus : il faut de la qualité ! L’occasion c’est bien mais il ne faut pas lésiner sur la résistance des matières et des coutures. Cela me conforte dans le projet d’investir dans des bonnes marques (toujours d’occasion si possible). Même si c’est plus cher, le nombre réduit compense largement l’achat trop fréquent de vêtements de mauvaise qualité. 

    Au final, à quelques petites exceptions, tout s’est très bien passé ! Lorsque j’avais réellement besoin de quelque chose, l’Univers pourvoyait toujours à mes souhaits comme le jean abandonné par ma sœur qui a été une bénédiction ou Hélène qui pense à ajouter une paire de chaussette à son colis pour le swap. Au moment où j’écris cet article je ne suis toujours pas rentrée chez moi, j’ai presque peur de ne plus savoir quoi faire de mes autres vêtements maintenant que je me suis adapté à mes chères tenues qui pourront enfin se reposer !  

    Petit bonus : en attendant le récit de mon périple à Florence, je vous laisse deviner ce qu'il y a sur cette photo prise en centre ville. :)

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :